fbpx

Automne dans le vignoble: nous semons entre les rangs

Une fois la récolte terminée, le nouveau cycle de culture de la vigne commence avec le semis entre les rangs.

Contrairement à ce que l’on peut penser, les mois d’automne ne sont pas des périodes « figées » dans l’agriculture, loin de là.

Chaque exploitation a évidemment des besoins et des objectifs différents et il est donc difficile de généraliser; mais généralement octobre est le mois idéal pour travailler le terrain des vignes et le préparer à l’ensemencement entre les rangs.

Une pratique agronomique fondamentale surtout pour les vignes cultivées selon les méthodes biologiques.

 

semina dell'interfilare

La préparation du terrain

Dès que nous avons fini de cueillir nos raisins et nos olives, nous avons commencé, avant les pluies, à travailler superficiellement le sol pour le rendre mou et le préparer à accueillir à la fois le semis et l’eau de pluie.

Comme chaque année, nous avons utilisé un mélange de graines spécialement conçus pour les besoins de notre sol et de nos plantes.

Les parcelles de terrain où poussent nos vignes ont en effet besoin d’être « domptées » plutôt que « poussées ».

 

 

 

Mélange de semis

Notre objectif est d’éviter d’apporter trop de matière organique en semant seulement des plantes, comme les féveroles, qui fixent l’azote en le rendant disponible dans le sol.

En effet, la féverole donnerait à la vigne beaucoup de vigueur végétative, c’est-à-dire plus de feuilles, de femmelettes et de sarments plus robustes, au détriment de la partie productive.

Les grappes deviendraient plus grandes, mais de qualité moins intéressante.

Nous avons donc choisi d’ajouter aux légumineuses aussi des graminées, qui rivalisent avec les racines de la vigne pour l’absorption des nutriments du sol.

Nous avons en outre inséré des plantes avec des racines pivotantes, qui par leur croissance verticale entrent en profondeur dans le sol à la recherche d’eau, en favorisant la croissance des racines de la vigne elle-même.

Nous sommes au début du mois de novembre et les graines commencent déjà à germer ; pendant l’hiver les petites plantes se fortifieront et fleuriront au printemps.

Fauchage ou engrais ?

Après la floraison, nous procéderons au fauchage, c’est-à-dire à la coupe des plantes, qui seront laissées sur le sol comme couverture pour inhiber l’évaporation de l’eau.

Avec notre climat doux et les pluies de plus en plus limitées, nous avons en effet besoin de retenir l’eau dans le sol autant que possible, pour la laisser à la disposition des racines de la vigne.

La couverture du sol avec les plantes fauchées, évite que le sol « nu » transpire pendant les journées chaudes et se sèche rapidement.

.

Nous préférons cette technique à l’engrais, qui prévoit l’enfouissement des plantes, augmentant ainsi la matière organique dans le sol.   En effet, nos vignes souffrent davantage de la sécheresse que du manque de nutriments et de matière organique, dont le sol est bien équipé.

Nous pensons également qu’il est important d’utiliser différentes graines pour maintenir la biodiversité dans nos sols, pour favoriser la vie des pollinisateurs et la lutte contre les éventuels insectes parasites ou les mauvaises herbes.

Ces pratiques agronomiques d’automne aident la vigne à se préparer au mieux à son nouveau cycle de vie annuel qui commence maintenant et se termine avec la vendange 2022.

 

Silvia Cirri e Linda Franceschi